Interview avec CLASSIC AS FUCK, collectif entre Berlin, Paris et Bordeaux

Interview avec CLASSIC AS FUCK, collectif entre Berlin, Paris et Bordeaux

Hello, pouvez vous nous présenter le collectif ?

CLSCSFCK : Classic As Fuck c’est le projet de deux potes, Seb & Flo, passionnés de musiques électroniques qui après avoir usé les dancefloors des clubs Parisiens et Européens ont eu envie de partager et de faire découvrir des artistes qu’ils affectionnent.  

En 2010/2012 nous habitions Berlin donc forcément cela nous a énormément influencé et motivé à organiser nos propres soirées sur Paris.

Nous avons organisé un premier évènement au Batofar en mars 2012  

Et depuis nous n'avons pas pris le temps de regarder en arrière, rien n’était prémédité tout est venu très naturellement en fait.

Depuis, nous avons eu l’opportunité d’organiser de chouettes soirées a l’I.Boat à Bordeaux, La Machine du Moulin Rouge, le Gibus et d’avoir conservé notre résidence au Batofar. Nous organisons maintenant des soirées au Block à Bordeaux et un troisième membre, Mathias, nous a rejoints afin de gérer notre com.

Pour vous c'est quoi la Bringue idéale ?

Dans un parc d’attractions abandonné avec une ambiance dans le type Bar25/ Kater Holzig et Sisyphos où différents genres de musique électronique se rencontreraient avec plein d’espace et d’univers différents.

Quels sont vos projets ?

Nous invitons le légendaire Ben Klock le 16 juin au Block à Bordeaux; Pfirter et Black Asteroid au Batofar le 24 juin.

En juillet nous allons fêter les 10 ans du label “Newrhythmic” au Batofar en compagnie de Joton, Ben Gibson et CØMPASS.

À la rentrée nous commençons une nouvelle aventure à Prague pour un “Warehouse project” en compagnie de Marcel Fengler et d’autres artistes. Nous avons également de très jolies dates entre le Batofar, le Glazart et le Block à Bordeaux de prévu et bien d’autres projets en tête.

Quel regard vous portez sur le développement de la scène techno house à Paris et en France en général?

C’est assez dingue ce qui se passe à Paris, en France et de manière générale en Europe dernièrement avec l’émergence de nouveaux collectifs, d’artistes, de labels de clubs etc. Ça s’est clairement démocratisé et ça a transformé l’identité de la nuit Parisienne. Après je ne pense pas que la surabondance soit quelque chose de très sain sur le long terme pour une musique qualifiée  “Underground” à la base et qui est maintenant devenue très populaire.

Cela dit, ne soyons pas nostalgique, c’est sans doute ce qui était destiné à cette musique et après tout le principal est que tout le monde puisse profiter de ces instants.

 

Y a-t-il d'autres collectifs que vous affectionnez particulièrement?

Structure, Container, Blocaus, Mercure (Strasbourg), Robot Ears (USA) et Vernacular.


Une petite playlist pour la fin? 


EN ÉCOUTE : 69 minutes de techno percutante, avec Hemka

EN ÉCOUTE : 69 minutes de techno percutante, avec Hemka

Rencontre avec la fondatrice de Melodic Diggers

Rencontre avec la fondatrice de Melodic Diggers