L'Ombre et la Lumière : Lett/Svårmod Records

L'Ombre et la Lumière : Lett/Svårmod Records

Rentrer chez Lett et Svårmod Records, c’est apporter sa part d'ombre et de lumière, faire partie d’une aventure humaine et musicale.

Aujourd’hui, rendez-vous avec Philippe Ophax, fondateur des labels Lett Records et Svårmod Records, labels lyonnais de techno ambiante, indus, expérimentale et underground, invitants au voyage. C’est en cherchant par hasard sur Soundcloud que mes oreilles se sont arrêtées sur « Outer - Deficient » publié chez Lett Records.

Premier balbutiement : « wahou ! », track techno indus, hypnotique, de très haute qualité. Comme tout digger qui se respecte, j'ai voulu en savoir plus sur le label et là : « double wahou ! » c’est un label lyonnais. « Le gars, qui publie ça, habite la même ville que moi, quelle chance ! » Je prends directement contact avec Philippe Ophax pour décider d’une interview.

 

Dès le début, je sens à qui j'ai affaire : une personne humble, authentique, au franc-parler, avec qui, la confiance s’acquiert rapidement mais se garde pour la vie. Encore faut-il être à la hauteur car, loin de le montrer au premier abord, Philippe en a sous le pied. Je débute l’interview par un :                  

 « Quel est ton parcours musical? » 

« Je vais essayer de faire court » me répond Philippe.

La réponse dure à peu près une bonne heure et pourtant je sens effectivement que mon invité ne m'a pas tout dit. Je bois ses paroles. Philippe navigue dans l’industrie de la musique depuis 25 ans sans avoir atteint la quarantaine.

C’est le genre de personne qui a vécue 37 vies tant il a été actif au niveau de la musique. Une passion plus que dévorante qui devient vite un mode de vie pour cet acteur de la scène Lyonnaise. Son parcours est long comme le bras et son histoire passionnante aussi bien au niveau musical que technologique : parti de la cassette audio puis par internet pour finalement revenir au bon vieux vinyle. Je prend ma petite claque de l’histoire de la musique au passage.

Philippe est un « touche-à-tout » qui va au bout de ce qu’il entreprend. Tour à tour créateur de labels, DJ Hiphop ou encore digger de sons avec une ouverture à 360° sur la musique ; passer du jazz a la techno ne lui pose aucun problème.

« J’ai commencé à écouter du metal à 14 ans et j’ai très vite voulu connaître les groupes indépendants. Dès mon plus jeune âge, j’avais l’esprit de recherche » me confie Philippe
« A 16 ans, je montais déjà plus ou moins mon premier label ».

Il fabriquait des compilations de démos de groupes de métal et les revendait en passant des annonces dans les journaux spécialisés comme Hardrock Magazine. 

"On était plus connus à New York que dans notre propre ville !"

Plus tard il devient DJ et se fait remarquer pour ses mixtapes par les acteurs du RAP Newyorkais, profitant des prémices d’internet pour tisser des liens outre-atlantiques. Les radios lui envoyaient les vinyles des dernières sorties Rap pour qu’il constitue de nouveaux mixes « on était plus connus à New York que dans notre propre ville ! » dit Philippe avec beaucoup d’ironie.

Dès que le business s’est mêlé à tout ça, Philippe a délaissé le milieu du RAP et des DJ mais est resté dans la production musicale jusqu’à réussir à en vivre un moment, en posant des sons pour des rapeurs américains. Mais l’envie de passer à autre chose se fait ressentir. Ayant toujours eu une oreille avisée sur les courants électros, c’est naturellement que Philippe se tourne vers la Techno. Et le parcours promet d’être aussi monstrueux.

Le style de techno, que publient ses labels, est assez osé : ambiance sombre avec des nappes de synthés, une techno hypnotique, torturée, mélodique « j’aurais pu monter un label de techno grand public mais j’aime me faire du mal » me dit Philippe. Entendons par là que tomber dans la facilité ne fait pas parti de ses habitudes.

« J’ai un passif de Metal, les groupes de Black Metal ont toujours fait des nappes de synthés froides, j’ai toujours aimé ces ambiances. Un jour je suis tombé sur des tracks de Luigi Tozzi, Dino Sabatini et ça m’a accroché, je me suis dit : les gars ils sont loin, ils t’emmènent dans un voyage, ils racontent une histoire ! » 

Créer un label, c’est continuer à vivre de sa passion pour la musique mais pas n’importe comment, toujours avec exigence, stratégiquement, et non pour cloner un énième label.  

Lett Records : c’est la lumière, c’est de longues histoires, des albums en sortie digitale mais aussi en version CD et des sorties podcasts.

Svårmod Records : c’est son petit frère, le côté sombre, des histoires courtes en EP mais en sortie vinyle. 

Petit à petit, Philippe s’est construit une famille autour de ses labels, des producteurs DJ, aux identités fortes, qui sont là depuis le début et qui grandissent. Le Français Sanjib (aka Jibis résident de l’excellente asso « Tapage Nocturne » à Lyon) ou le Suédois Just En, tous deux devenus des amis aujourd’hui.

« J’adore déconner avec les artistes, qu’on échange, qu’on parle d’autre chose que de musique, c’est des gens avec qui j’ai envie de travailler sur 10 ans, 20 ans, sur la longueur» me dit Philippe plein d'enthousiasme.

« Un remixeur, c’est un investissement sur la visibilité de ton label ». 

Ce qui fait sa force, c’est d’oser. En effet, il n’hésite pas à envoyer ses EP en privé à des DJ de renom pour leur demander de faire un remix. Il a compris que pour donner de la plus value à un EP, il fallait l’associer à la patte d’un producteur reconnu. C’est ainsi que, moyennant finances, l’EP  « Ocean of light » de Sanjib récemment sorti sur Lett Records inclus un remix de l’excellent : Vilix. Bien entendu, des partenariats de ce genre n’existeraient pas si la qualité de l’EP original n’était pas au rendez-vous « un remixeur, c’est un investissement sur la visibilité de ton label ». 

 

Quelles sont les qualités requises pour être signé chez Lett Records? 

« Le voyage ! Il faut raconter une histoire ! Faut me faire voyager ! » me dit passionnément Philippe. 

Rentrer chez Lett et Svårmod Records, c’est apporter sa part d'ombre et de lumière, faire partie d’une aventure humaine et musicale. C'est grandir pas à pas avec un label, construire un projet sur le long terme et mettre tout en oeuvre pour y arriver. C’est rentrer dans un récit de mille pages si passionnant que l’épaisseur du bouquin ne fait même plus peur. 

« Moi, je suis dans mon petit monde. Je prends les étapes comme elles viennent. le vinyle arrive (étape en cours au moment de l'interview) et je suis fier du bébé que je vais sortir !» 

Quelles sont tes ambitions pour la suite? 

« Que je puisse sortir tous les vinyles possibles, sortir tous les artistes que j’ai envie, j’ai des idées (mystère...). Je sais où je vais en 2017 mais je sais aussi que ça va prendre du temps » me dit Philippe avec rêverie et réalisme, ses points forts. 

 

Entre l’ombre et la lumière, installez-vous et appuyez sur play !...

Lett Records

Svarmod Records

 


La Bringue lance son robot qui parle sur Messenger ! Il s'appelle L2-B2, il est ton guide de sorties électroniques. Disponible partout, tout le temps, il fonctionne comme Siri. Discute avec lui :
**

Track de la semaine : Donnie - Cloud 9 (Quentin Harris Shelter Mix)

Track de la semaine : Donnie - Cloud 9 (Quentin Harris Shelter Mix)

J-9 : KlubBpm by Newtrack

J-9 : KlubBpm by Newtrack