Le Badaboum, ou comment faire sa place dans la capitale.

Le Badaboum, ou comment faire sa place dans la capitale.

Le Badaboum, c’est un club intimiste qui se trouve dans le 11e et qui existe depuis 2013. On a rencontré Martin son directeur artistique pour parler de Badaboum Airlines (la résidence estivale du club), de l’évolution de la scène Parisienne et des ambitions du club pour la prochaine saison.  

E : Salut Martin, en ce moment et comme chaque été, c’est les soirées Badaboum Airlines qui prennent place chaque week-end. Tu peux nous en parler un peu plus ?

  M : L’été pour les clubs d’intérieurs Parisien c’est une période creuse, tout le monde part en vacances et ceux qui restent préfèrent en général faire la fête dehors. On ne peut donc pas se permettre d’inviter des têtes d’affiche tous les week-ends ! Donc je me suis demandé « Quel concept donner à la soirée quand la tête d’affiche n’est plus l’élément central ? » c’est en partant de ça que j’en suis arrivé à me concentrer uniquement sur des petits labels, collectifs et clubs qui font la même musique que nous dans le monde afin de proposer de véritables "showcases".
 D’un côté c’est l’occasion pour les DJ résidents des clubs de venir faire la fête un week-end à Paris et nous de l’autre on a des prestations de qualité et qui changent un peu de l’ordinaire. C’est comme si on filait les clefs du badaboum aux artistes pour qu’ils fassent comme si ils étaient chez eux. 

E : On connaît tous l’empreinte musicale de villes comme Berlin ou Londres mais que peux-tu nous raconter sur les scènes un peu moins médiatisées ?

M : C’est clair, c’est différent ! ils n’écoutent pas les mêmes trucs que nous. L’année dernière on a invité les résidents d’un club génial de Belgrade le 20/44 et au milieu de la soirée tu te retrouves à écouter des édits house serbe ou disco serbe c’est assez intéressant.
 
Même chose, on aussi eu l’occasion d’inviter des Dj Japonais l’année dernière, c’est des techniques de mix vraiment différentes ! ils enchaînent les tracks plus rapidement, ça peut passer rapidement d’un style à l’autre .. Au final tu vois bien qu’ils ne ramènent pas juste leurs CD mais aussi des habitudes, des savoirs-faire etc …


E : Et sinon concernant le club dans son ensemble, quels sont vos projets à venir ?


La avec le club on entre plus dans une « deuxième phase » de développement ou l’objectif ça va être de consolider notre identité musciale. Depuis l’ouverture du club on a beaucoup misé sur la diversité des artistes mais on se rend compte que sur le long terme il faut se focaliser sur un genre particulier pour que les gens s’y retrouvent.  
Donc la on va partir sur une lignée beaucoup plus axé Disco et House. Bien sur l’idée c’est pas de s’enfermer dans ça, mais de partir sur une vibe bien housy un peu a l’anglaise dans l’esprit de tous ces gars qui rééditent comme Floating Point, Romare, Move D, Joey Neggro. Un délire plus downtempo, sexy quoi ..

E : Un peu à la Secret Sundaze en fait ?

Un peu dans cet esprit ouai.

 

"C'est comme si on filait les clefs du Badaboum aux artistes pour qu’ils fassent comme si ils étaient chez eux."
 

E : Quel est ton regard sur la scène Parisienne actuelle ?


Déjà, un truc qui est flagrant c’est que grâce à Facebook et des groupes comme le vôtre, il est possible de faire passer son message assez facilement et rapidement. Ça rend les évènements plus visible et accessible.
Autre chose aussi, il y a maintenant beaucoup plus de collectifs qui organisent des soirées et ça développe une sorte de compétition positive. Maintenant tu ne peux pas juste booker des têtes d’affiches et vendre des tickets, il faut aussi proposer des trucs annexes, créer une ambiance .. Mais étant donné que la demande est grande on reste toujours dans un esprit bienveillant.
Après on arrive aussi à des trucs assez hallucinant avec des collectifs qui n'ont jamais organisé de fêtes de leur vie et qui arrivent à rameuter 1000 personnes dans un premier évènements.

E : Un collectif qui t’inspire particulièrement ?

M : J’aime beaucoup la mamies, avec mon ancien collectif on était les premiers à les avoir booké ! ça va faire 5 ans qui tournent et ils arrivent toujours à se renouveler, à installer des nouveaux décors pour leurs soirées. ils se sont aussi lancé dans un festival ! ils se bougent vraiment pour faire des trucs afin de se démarquer et ça marche.
J’aime beaucoup leur démarche et pour les connaître au-delà du coté professionnel, ce sont des gens passionnés et qui sont à fond.

E : Bon et du coup c’est quoi pour toi la bringue idéale ?

M : la bringue idéale pour moi, c’est quand je suis avec plein de potes que l’ambiance de la soirée est décontractée et pousse à se laisser aller sur de la musique de qualité. C’est une bringue avec des gens déguisés des performances. Faire la fête pour faire la fête.

 


En écoute : Bohn nous donne un avant goût de la prochaine Drøm

En écoute : Bohn nous donne un avant goût de la prochaine Drøm

VIDEO : Interview des fondateurs du nouveau label parisien Binary Cells

VIDEO : Interview des fondateurs du nouveau label parisien Binary Cells