[INTERVIEW] Dtweezer - "Mon travail ne se limite plus à de la composition."

[INTERVIEW] Dtweezer - "Mon travail ne se limite plus à de la composition."

Le 29 avril prochain marque le lancement du nouveau concept évènements d'Allo Floride, "Goosebumps", dédié à la musique hip hop. Pour cette première édition, l'invité d'honneur est le ri-cain Denzel Curry. Le reste du casting est également de choix, avec LefaOboy, L'Ordre du Périph, Keight et Le Capitaine Némo. Rendez-vous à La Machine du Moulin Rouge pour un dimanche qui s'annonce exceptionnel. 

 

Le DJ et beatmaker Dtweezer sera également de la partie. On a voulu en savoir plus sur sa carrière, ses aspirations et son univers avant de le voir opérer sa magie sur scène.

 

 

Goosebump : Hello Dtweezer ! 

Dtweezer : Yo

Goosebump : Peux-tu te présenter pour nos lecteurs qui ne te connaissent pas ? 

Dtweezer : DTWEEZER, aka Jeune Kanye, Compositeur/DJ originaire de Nîmes actuellement sur Paris. A l’origine de tracks comme « Luc Bresson » avec Deen Burbigo, « Salamalek » de Zaho et autres composition pour A2H, Set&Match… Je suis également dans un projet orienté vers le live appelé « PROSES » crée avec Issam Krimi dans lequel on fait rimer esprit urbain et littérature avec les notamment Georgio, Spri Noir et Sadek.
 

Goosebump : Quel est ton parcours musical et ton rapport à la musique ? Qu’est-ce-qui t’as amené à commencer la production ?

Dtweezer : J’ai un parcours atypique selon moi, je n’ai suivi aucune formation ou études pour atteindre mes objectifs : devenir producteur de rap (lol). J’ai toujours été inspiré par le rap depuis l’adolescence, à commencer par la « West Coast » avec Dre, Snoop, Tupac ensuite avec le rap de New York, je parle de Nas, du Wu ou encore Mobb Deep. Tout à changé lorsque je suis tombé sur Kanye West (lol). Lorsque j’ai entendu le « College Dropout » le premier album de Ye, je me suis pris toutes ses instrus plein fer, j’ai commencé alors à digger les featurings, puis les samples et enfin les labels et les producteurs annexes. Ca m’a donné clairement envie de faire pareil. Au départ j’avais une Mpc 1000 avec laquelle je samplais des disques que j’achetais dans des brocantes pour en faire des boucles.
 

Goosebump : Tu rap aussi ? Ou tu as déjà testé ?

Dtweezer : J’ai déjà pratiqué le rap, mais c’est pas là où je prends le plus de plaisir. Cependant, je laisse parfois quelques mesures de rap sur mes compositions que je pourrais proposer à des rappeurs pour qu’ils aient un mood dans lequel ils peuvent s’identifier et comprendre ma vision sur telle ou telle track. On appelle ça dans le métier une Topline, c’est si tu veux un yaourt avec des paroles. Ce que je fais beaucoup en ce moment, surtout lorsque je compose pour des artistes qui se veulent « Pop ».
 

Goosebump : Tu as composé ta première musique de pub récemment, c’était pour Givenchy, comment ça s’est fait ? C’est un type de taf qui te plait ? T’aimerais réitérer l’expérience ? 

Dtweezer : En effet, j’ai composé pour le dernier spot digital de Givenchy avec une lecture de Musset faite par Georgio. Une expérience enrichissante, une vraie première. J’ai reçu un jour un coup de tel de mon manager qui me disait d’essayer un truc pour de la pub, il m’a expliqué le concept et ensuite j’ai reçu par mail, la voix de Georgio et la vidéo. J’ai ensuite proposé une compo dans laquelle je sentais un mood qui serait raccord avec la marque et la prestation de Georgio. Le noir et blanc et le coté chic m’a poussé à proposer une ambiance « abstract » avec des pianos renversés et un beat sans tempo. Pour le coup, ça a matché du premier coup, il semblerait que tout le monde ait validé le projet. Je suis toujours ouvert à créer ou proposer une vision dans n’importe quelle situation dès lors que ça me parle. Faire de la musique pour de la pub n’a jamais été un goal à atteindre pour moi, cependant je me vois bien en refaire d’autre, et pourquoi pas par la suite faire de la musique pour des films?
 

Publicité Givenchy, composée par Dtweezer.

 

Goosebump : Beatmaking, Publicité, d’autres domaines que tu aimerais exploiter ?

Dtweezer : Le cinéma, la radio mais aussi le live.
 

Goosebump : Tu fais ça à pleins temps ? 

Dtweezer : Je suis à ce jour intermittent du spectacle, musicien c’est mon métier, je fais de la musique des que je le peux et peu importe où je suis.
 

Goosebump : C’est difficile d’être beatmaker/DJ de nos jours ? 

Dtweezer : Je pense que c’est aussi difficile que dans n’importe quel autre corps de métier lorsque ça provient d’une passion ou d’un rêve. De nos jours, tout est devenu plus ou moins accessible et à moindre coup, la complication est de sortir du lot, faire preuve d’ingéniosité et savoir se renouveler, tout ça sans études ou background musical. Il suffit de se donner les moyens de croire en ses projets et de travailler fort. C’est ma formule magique (lol).
 

Goosebump : Du coup t'aurais des conseils à donner à un beatmaker qui débute ? 

Dtweezer : De garder une certaine fraicheur et de la développer tout en restant focus sur le travail à faire. Mais surtout de rester passionné. 
 

Goosebump : Parlons de tes collaborations ... 

Dtweezer : Cette dernière année, je suis beaucoup rentré en studio et commencé des projets avec beaucoup d’artiste de la scène rap actuelle, De Ghali (en Italie) en passant par Plk, Aladin135 ou encore Zaho. Des profils totalement différent les uns des autres dans lesquels je me retrouve ou du moins dans lesquels je peux apporter une touche DTWEEZER. Ca peut passer par une suite d’accord au piano qui pourrait sonner Pop ou des drums totalement Trap, voir même les deux.
 

Goosebump : Je trouve que tu t’inspires beaucoup de l’image des producteurs américains qui sont vraiment reconnus pour leur taf, notamment en indiquant que tu es en « feat » sur les sons que tu as composé. T'es d'accord avec ça ? 

Dtweezer : Il est vrai que dorénavant j’apparais en feat lorsque je collabore avec des artistes pour la simple et bonne raison que mon travail ne se limite pas/plus à de la composition. J’apporte, du moins, j’essaye d’apporter une vision d’ensemble de ce que j’ai en tête, comme un produit fini. Par exemple le track avec Sopico « Same Shit », on l’a pensé ensemble et j’ai pioché ensuite dans ses couplets pour en faire une version qui s’approchait de ce que je pensais être bon à sortir à cette période. Si je prends également le morceau « Sang Chaud » avec A2H, il a enregistré des lignes mélodiques sans parole dans un premier, pour ensuite écrire les paroles adaptés aux sonorités qui nous plaisaient dans son yaourt. On a donc utilisé sa voix comme un instrument avec lequel j’ai composé exactement ce que je pensais qu’il manquait dans sa discographie.
 

Sopico feat Dtweezer - Same shit

 

Goosebump : D’où puises-tu tes inspirations lorsque tu composes ? 

Dtweezer : A ce jour, tout peut m’inspirer de près ou de loin. Et cela dans n’importe quel genre musical. Comme je disais, il faut avoir conscience qu’il faut constamment se renouveler et cela passe nécessairement par une ouverture d’esprit et une culture assez large. J’écoute un peu de tout, cependant je reste quand très sensible sur ce qu’il se fait dans le rap, surtout aux Etats-Unis. Souncloud fut à un moment de ma vie ma première source d’inspiration, tu pouvais trouver de tout, c’était juste fou il y a quelques années.
 

Goosebump : Il y aurait des gars dont tu apprécies le taf dans le game de beatmaker français que tu veux shotoot? 

Dtweezer : Principalement les artistes avec je bosse que je trouve bien plus créatif et génialissime que moi, je parle d’Issam Krimi, Ateph Elidjah ou encore Wealstarr, pour ne citer qu’eux. Je clique fort aussi sur Ikaz boi, Myth Syzer et le jeune Olsem.
 

Photo de couverture : © Arocksmith


[REPORT] Nuits de la Filature #2 - Lille

[REPORT] Nuits de la Filature #2 - Lille

[REPORT] Exil x Cleric

[REPORT] Exil x Cleric