INTERVIEW: [RGS 7] La techno selon Vlaysin

INTERVIEW: [RGS 7] La techno selon Vlaysin

Acteur de la scène techno parisienne, Vlaysin s'est taillé une jolie réputation grâce à ses productions acérées (avec des sorties sur Mindcut, Pls.uk ou encore Mord Records) et à ses live sets pleins d'énergie.

Vous aurez notamment l'occasion de le voir à l'action ce vendredi 20 octobre à la RGS 7Cet événement marque le grand retour du collectif Regal Sound au Glazart (après le Ghost Lake Festival organisé en août avec EXIL), pour une nuit de techno industrielle à l'affiche particulièrement alléchante puisqu'elle rassemble également le pionnier de l'acid/EBM américaine Adam X (fondateur du génial label Sonic Groove), ainsi que CLXXVIIII, Oslak en live et KVD pour un hybrid set.

21740727_744645405722809_4025390341431378514_o.jpg

Vlaysin a répondu à nos questions autour d’une bière et d’un sandwich au pâté:

Pourquoi Vlaysin ?

Vlaysin: Alors le nom c’est tout simple, c’est l'anagramme de mon prénom, Sylvain, simple et efficace (rires). Et concernant le projet, ça fait longtemps que je fais de la musique et j’avais envie de lancer un nouveau projet et ça a pris cette forme-là naturellement.

DSCF2988.JPG

Parles nous un peu de ton parcours ?

Vlaysin: J’ai commencé à faire de la musique en 2007, j’étais plus sur de la minimal, ça marchait fort à l’époque et j’étais pas mal dans ce délire-là. Ça faisait déjà 3-4 ans que je mixais et je suivais la mouvance de Minus avec Marc Houle, Richie Hawtin et du coup quand j’ai commencé à produire j’ai suivi ce mouvement.

Et puis à l’époque j’avais commencé une école de musique où j’aurais dû rester 2 ans mais je suis resté que 3 mois (rires) parce que l’école c’est vraiment pas mon truc. Et voilà je me suis retrouvé à faire mon petit bonhomme de chemin, j’ai commencé à sortir des projets pendant l’été 2008, et après ça a enchainé, j’ai signé un track sur Minus. J’ai commencé à tourner pas mal, j’ai fait le Trésor en 2009, j’ai fait deux dates en Suisse pendant l’été et en 2010 tout s’est emballé, je faisais 3-4 dates par mois, tous les mois. Et tout ça sous le projet Octave, donc mon premier projet. Tout ça jusqu’en 2014-2015, où j’ai senti que je m’essoufflais un peu dans cette esthétique de son, et puis le projet avait déjà bien grandi, j’avais commencé minimal et vers la fin on était plus sur de la dark techno. Je commençais à me lasser et je virais aussi vers un son plus proche de ce que je fais maintenant, avec plus de grain, plus d’âme. Donc doucement j’ai laissé tomber Octave et j’ai été vers Vlaysin. J’avais besoin de nouveauté, de fraicheur. Ça me faisait plaisir de me dire que je repartais de 0, avec en plus l’expérience des années.

Tu sors donc un premier EP intitulé Mess Inside, comment te sentais-tu à cette époque ?

Vlaysin: Alors ça faisait pas mal de temps que je faisais des sons avec ce nouveau projet, mais sans les sortir, juste pour travailler ce nouveau format qui était en train d’arriver, et quand j’ai eu des tracks finis, que j’étais satisfait de mon taff, j’ai su que j’avais envie de les sortir. Après c’est difficile d’être objectif sur ce qu’on fait. J’étais en contact avec Axel, le mec de Mindcut, et il voyait que je postais des vidéos du projet qui se formait bien et du coup il m’a dit de lui envoyer des morceaux. Je lui ai envoyé 5-6 tracks quand je sentais vraiment que c’était carré et on est partis sur les morceaux présents sur l’EP.

 Vlaysin à Londres

Vlaysin à Londres

On voit beaucoup de vidéos que tu post avec ton matos, tu peux nous le décrire ?

Vlaysin: Alors j’ai réduit mon set-up (rires), pour me focus sur l’essentiel, en gros en ce moment j’ai un sampler A-Trak, un synthé, et j’ai mon modulaire, dans lequel j’ai pas mal de drums, de synthèse aussi, le modulaire me sert surtout pour tout ce qui est la base rythmique, donc le beat et ça me permet aussi d’écrire des trucs sur le tas, en live, donc je fais évoluer les beats en live que j’ai écrit moi-même, j’ai toute une partie synthèse où je peux faire des séquences, comme ça on the fly. Avec quelques pédales, quelques reverb, et une petite acid box selon mon humeur.

Comment appréhendes-tu l’exercice du Dj/live set ?

Vlaysin: Alors en fait je n’ai jamais fait de dj set, on ne m’a jamais booké pour un dj set. Même avec Octave j’ai tout de suite fait du live. On m’a demandé de faire du live pour une date et je suis resté là-dessus parce que ça m’a vraiment plu comme principe de faire sa sauce. C’est plus personnel. Quant à l’exercice du live, en général je l’appréhende avec beaucoup de stress, mais sinon j’essaie d’être spontané, de ne pas me poser trop de questions, avoir un truc qui tourne bien, qui va de l’avant. C’est la spontanéité qui me plait le plus. J’ai toujours une base solide mais je me laisse un espace de création en live où je peux m’exprimer. J’aime ne pas savoir où je vais, me surprendre moi-même, balancer toute mon énergie dans le live.

Comment jugerais-tu la scène Techno à Paris en ce moment ?

Vlaysin: Florissante, voire limite saturée. Après c’est pas forcement négatif mais je me souviens entre 2010-2012, à Paris c’était très compliqué. Puis il y a eu la Concrète et ça a vraiment tiré le mouvement vers le haut. Aujourd’hui y’a des crews super solides, des artistes qui sortent du lot, des trucs vraiment sympa, des grosses salles, des bons line-ups tous les week-ends, c’est une bonne scène, mais il n’y a pas de place pour tout le monde. Il y a une grosse demande, un gros public et les gens s’intéressent vraiment à cette musique, même s’il y a des mauvais côtés, c’est une bonne chose au final.

17201264_1325430037539305_7412118753479892676_n.jpg

La plupart de tes sons sont très énergiques, où puises-tu toute cette énergie ?

Vlaysin: Dans ma colère, une certaine sensibilité. Je suis quelqu’un de nerveux, de tonique et c’est pas un hasard que je sois dans cette musique je pense.

Skate et Techno, bon mix ?

Vlaysin: Ouais le meilleur mix ouais !

Vlaysin se produira en live lors de la RGS 7 au Glazart (Event FB) ce vendredi 20 octobre.

Vous pouvez gagner des places pour cette soirée en cliquant sur le lien ci-dessous:


FOCUS : Cinémade Off #1, l'Exorciste sur fond de techno

FOCUS : Cinémade Off #1, l'Exorciste sur fond de techno

TOP : les soirées à ne surtout pas manquer cette semaine

TOP : les soirées à ne surtout pas manquer cette semaine