La Mamie's : "Paris n’a plus rien à envier à Berlin"

La Mamie's : "Paris n’a plus rien à envier à Berlin"

Après avoir festoyé pour la énième fois aux côtés des paons et autres cochons à la ferme du bonheur le mois dernier, et en prévision de leur été qui s'annonce chargé en ondes positives, il fallait qu'on rencontre la team de la Mamie's ! Ces amoureux du Vinyl nous ont accordé une interview riche de leur futur projet, leur définition de La Bringue, et de sons sélectionnés par leur soin.


Hello les gars, comment définiriez vous La Mamie's ?

Une bande de potes avant tout, issus de rencontres de primaire, de collège, d’école et de teufs. Des DJs et organisateurs d’événements depuis 2007, fédérés autour de l’amour du support vinyle et de la volonté de mettre sur pied des événements libres et accessibles.
Des associés maintenant, au sein d’une structure commune, Verveine Production, et plein de projets pour l’avenir. 

 

Pour vous c'est quoi la Bringue idéale ?

Une Bringue avec 7 milliards et demi de personne !
Non, on pense que la Bringue idéale est celle qui réunie aux mieux les valeurs que l’on souhaite défendre depuis la création du collectif.
Le cadre au sein duquel se déroule la fête compte aussi beaucoup pour nous car nous pensons qu’il impact directement l’état d’esprit du fêtard. C’est pourquoi on dit souvent que l’on préfère organiser des événements de journée, en open air.
Même si l’on prend aussi beaucoup de plaisir à jouer toute la nuit dans des clubs et à amener le public vers différents stades.


Quelles sont vos prochaines dates à venir et vos projets sur le long terme ?

En ce qui concerne le moyen et long terme, on souhaite développer notre boîte de production Verveine à travers un label Mamie’s Records et une agence de booking en mettant en avant des artistes aux sonorités qui nous inspirent. Nous produirons également fin octobre notre premier festival à Hong-Kong ! 
Un début d’été chargé côté festivités ! Le concert de Playin’ 4 the city et Flabaire le 7 juin au New Morning, un événement sur la plage du Glazart le 10 où vous aurez l’occasion de découvrir l’univers de Kodäma, jeune formation parisienne aux couleurs éléctronica/soul/trip-hop qui sera notre première signature (sortie de l’EP à la rentrée ;), un beau plateau techno à La Machine le 17 avec les potos d’Encore et la 3ème édition de notre projet phare, le Macki Music Festival du 1er au 3 juillet avec une flopée de beaux artistes.

 Mardi 7 juin La Mamie's + Verveine  + Briefly Established  

Mardi 7 juin La Mamie's + Verveine  + Briefly Established  

 

Quel est votre avis sur le développement de la scène house/techno à Paris et en France en général ?

Un avis ultra-positif ! Nous avons réellement commencé à nous intéresser à la scène électronique et à jouer des platines en 2007/2008 au moment où une « vague » électro-minimale était très présente sur Paris.
La plupart de nos rencontres de l’époque venait de ce milieu et écoutait essentiellement ce style musical. Aujourd’hui, des initiatives naissent tous les jours, on voit des beaux labels émerger, des promoteurs de plus en plus jeunes et de plus en plus conscients et respectueux des origines multiples de la musique électronique.
Un paquet de mélomanes s’intéresse à nouveaux aux machines analogiques et c’est super. En termes de programmation artistique des lieux de vie, Paris n’a plus rien à envier à Berlin, l’eldorado de nos années post-lycée. Bon en termes de liberté et de législation il y a encore une marge de progression, mais il y en a pour tous les goûts, quasiment tous les jours ! 

On a vraiment constaté une réelle évolution des habitudes de sortie des parisiens depuis que nous avons nous-même commencé à fréquenter cette scène.
Sortir en banlieue n’était pas vraiment attractif il y a une dizaine d’année, maintenant c’est quasiment un gage de qualité et les contraintes souvent effacées dans la tête des teufeurs !
Nous sommes en quelques sortes acteurs de ce changement de mentalités, avec nos initiatives à La Ferme du Bonheur à Nanterre, à Ivry où à Carrières-sur-Seine, mais aujourd’hui nombre de collectifs participent à cette bonne dynamique.



Quels sont les autres collectifs que vous affectionnez particulièrement ?

En ce qui concerne les parisiens, on peut citer les copains du label D.KO et de Cracki Records évidemment, toute la petite famille du Camion Bazar, de Discomatin.
Les gars d’Around the World, de Briefly Established font aussi du très bon boulot.
On apprécie beaucoup le travail réalisé par Alter Paname, l’Otto 10 et Microclimat qui va dans le sens de l’esprit de la fête que l’on aime à voir.
Nous nous entendons super bien avec les lyonnais d’Encore avec qui nous organisons tous les mois et demi des teufs à La Machine et dans différents lieux à Lyon.
On en oublie sûrement…

 

Vous pouvez faire tourner une petite playlist qui définit votre état d'esprit ?

Un mot pour la fin ?

Demain c’est là.


Prophétie : "Nos soirées, c'est l’osmose et l’atmosphère"

Prophétie : "Nos soirées, c'est l’osmose et l’atmosphère"

EN ÉCOUTE : 69 minutes de techno percutante, avec Hemka

EN ÉCOUTE : 69 minutes de techno percutante, avec Hemka