Meki & Kolen : "La Bringue idéale c’est un système son irréprochable avec des artistes qui sont la pour s’amuser"

Meki & Kolen : "La Bringue idéale c’est un système son irréprochable avec des artistes qui sont la pour s’amuser"

Co- fondateurs de OSMOZ collective , Meki & Kolen ont toujours été passionné deTechno . Initialement basés dans le nord de la France ( Lille ) , ils ont déménagé à Paris il y a quelques années pour se concentrer sur le Djing et la production . Le duo a partagé la scène avec un grand nombre d'actes tels que Dax J , Reeko , Kartz , Zadig et bien d'autres...
On a rencontré le duo à l'occasion de leur passage le 02 juillet à la Plage du Glazart...


"Hello les gars, première question comment définiriez vous votre duo ?

Meki : Comme deux mecs qui vivent à Paris, qui viennent de Lille, qui organisent des soirées, qui mixent et qui sont plutôt sympas ! 

Il y a certes une petite compétition, de bonne guerre, entre les différents organisateurs, mais je crois qu’elle est bénéfique au public

 

Pour vous c'est quoi la Bringue idéale ?

Kolen : La Bringue idéale c’est un système son irréprochable avec des artistes qui sont la pour s’amuser et partager leur univers. Pour moi c’est pas plus compliqué que ça. Je pense que le premier critère pour apprécier une soirée pour nous autres amateurs de techno c’est la notion du partage dans un environnement adapté.

Meki : Oui voila, Je pense aussi que la qualité de la prestation des artistes et la qualité du son prône sur le reste. Comme je l’ai déjà dit plusieurs fois, on peut passer une soirée médiocre dans un endroit hors du communs à cause d’un problème technique ou autre et passer une soirée incroyable dans un lieu qui paye pas de mine avec juste des gens qui s’éclatent ensemble et qui sont la pour partager leur passion toujours dans une ambiance « rave ». Si l'artiste donne tout et que l'ambiance est là, ça marche à chaque fois.

 

Quelles sont vos prochaines dates à venir et vos projets sur le long terme ?

Meki : En ce qui concerne notre calendrier on a plusieurs évènements sur Lille à assurer comme par exemple la Braderie de Lille en septembre qui constitue l’un de nos évènement phare depuis la création d’OSMOZ collective. C’est toujours une ambiance très spéciale où on peut performer avec le reste du collectif et aussi devant un public qu’on affectionne tout particulièrement car c’est grâce à lui qu’on a pu continuer à faire fleurir nos projets. Sinon nous sommes toujours à la recherche de lieux atypiques pour organiser nos prochaines soirées que ce soit sur Lille, dans la capitale ou ailleurs.

Kolen : Pour ma part, je vais être à Amsterdam pour les 4 mois à venir. Je vais essayer de prospecter des lieux pour organiser plusieurs évènements la bas, sachant que la scène néerlandaise est particulièrement en adéquation avec ce qu’on aime, il y aura sûrement des opportunités qui vont se présenter. Mais je pense que c’est surtout à la rentrée qu’on va pouvoir faire des choses plus sérieuses avec des plateaux au moins aussi ambitieux que celui de samedi, en tout cas, on l’espère !

pol.jpg

 

Quel est votre avis sur le développement de la scène house/techno à Paris et en France en général ?

Kolen : On ne peut que constater qu’elle est aujourd’hui à son apogée à Paris. On voit de plus en plus d’artistes français incroyablement bons qui font réagir la scène techno à l'échelle internationale.
Et particulièrement en ce moment avec des artistes comme Vakarm, AWB ou Charles Fenckler, Paul Cut qui sont, sans conteste, très talentueux et qui iront certainement très loin, donc c’est très prometteur pour la scène Techno et House Française.

Meki : Et ça se voit aussi au niveau du succès de certains collectifs et labels comme Blocaus, OFF ou DKO records. Il est évident que de plus en plus de jeunes s’attachent à ce mouvement et c’est grâce à cet engouement que l’on voit sortir de plus en plus de qualité en France. Il y a certes une petite compétition, de bonne guerre, entre les différents organisateurs, mais je crois qu'elle est bénéfique au public parce que de plus en plus d'évènements majeurs et attractifs voient le jour grâce à ça. De notre côté on veut toujours avoir au moins un artiste Français sur nos plateaux comme EXAL lors de notre dernière soirée au glazart ou encore Anetha, Hemka et AWB pour l’évènement de samedi parce que c'est important de soutenir cette nouvelle scène, dont nous faisons partie.

 

Quels sont les autres collectifs que vous affectionnez particulièrement ?

Meki : On aime beaucoup Blocaus car ils ont des gouts très proches des nôtres que ce soit dans leur choix de line up ou dans leur vision des choses. On passe de très bons moments à chacun de leurs évènements et je pense qu’ils sont vraiment en accord avec ce qu’il se passe en ce moment sur la scène underground française. Très actuels.

Kolen : Oui Blocaus c’est du lourd, les membres, pour ceux qu'on connait, sont tous adorables et comme le disait Méki, on est vraiment fans des line ups qu’ils proposent. Sinon il y a bien sûr nos amis du Sous sol / Octov qui ont toujours ce souci de ramener des artistes qui ne passent pas ou très peu en France et je trouve ça vraiment cool. Dernièrement ils ont ramené Stave venu tout droit des States. Ramener ce genre d’artistes c’est pas une tâche facile ni économique et ils l’ont fait parce qu’ils veulent faire plaisir aux amoureux de la techno. Et par dessus tout on ressent réellement une énergie positive dans leurs évènements avec une ambiance bon enfant. Moi je dis Chapeau !

Meki : Après il y a les mecs comme Possession, Off, ou Fée croquer qui proposent des lieux atypiques avec des line-ups solides et c’est aussi très plaisant ! Du côté de Lille, on est obligés de citer nos amis de La Classique, qui font bouger Lille depuis maintenant des années avec des évènements qui ont toujours été d'une grande qualité. Ils se sont toujours beaucoup donnés et leur succès est mérité, d'autant que la tâche est difficile à Lille.

 

Vous pouvez faire tourner une playlist qui définit votre état d'esprit ? 

Un p'tit mot pour la fin ?

Allez les bleus !


Macki Music Festival : L'interview what the fuck

Macki Music Festival : L'interview what the fuck

50 heures de techno non stop : OFF clôture sa saison

50 heures de techno non stop : OFF clôture sa saison