OFF : "Nous avons décidé de prendre le contre pied de la culture club"

OFF : "Nous avons décidé de prendre le contre pied de la culture club"

Hello les gars, quelle histoire se cache derrière la naissance de OFF, et pourquoi ce nom ?

OFF : La OFF c’est tout d’abord l’association de différentes personnes aux horizons et profils bien distincts.
On a choisi ce nom afin qu’il reflète l’univers techno en lui même, que nos soirées deviennent un échappatoire, une pause, un instant où les gens peuvent se déconnecter de leur quotidien.


Comment définiriez vous le projet, quel est l'univers artistique ?

ØFF est un projet ayant pour but de promouvoir et défendre la scène techno locale et internationale dans Paris et sa banlieue.
Pour cela, nous avons décider de prendre le contre pieds de la culture club, mise en avant ces dernières années et de rechercher des lieux « underground » du type warehouses, entrepôts, squats d’artistes ...
Ces lieux sont à l’image même de notre univers artistique, industriel, brut et obscur.

Pour vous c'est quoi la Bringue idéale ?

La bringue idéale... pour nous ce serait tout d’abord un bel entrepôt désaffecté, haut sous plafond qui allouerait une acoustique parfaite.
Donc une techno bien ronde, des basses profondes, des kicks et des claps qui résonnent de toute part. En gros, 18h de fête non stop, avec une population dans un bon mood, vraiment là pour faire la bringue, dans un univers sans prise de tête avec une lumière tamisée pour que chacun puisse faire la fête tout en restant dans une bulle.

Quelles sont vos prochaines dates à venir et vos projets sur le long terme ?

Alors là, on a fait une petite session en club avec les soirées DTN. Du coup la prochaine aura lieu au Glazart le 12 Mai.
Pour l’occasion on invite FLmm et DE vs Troit, ainsi qu’un secret guest qu’on annoncera semaine prochaine. Par la suite on retourne au Glazart le 26 Mai avec plusieurs artistes des labels Pls.Uk et T/W/B. Fin mai on débarque sur Lyon avec le crew Particules pour un open air plutôt atypique ! Bref pas mal de petits événements à droite, à gauche.
Ca nous laisse aussi le temps de bien préparer le closing pour vous proposer un événement hors norme. Sans oublier la prochaine saison, qui s’annonce mouvementée.

Sortir des espaces confinés et surveillés que sont les boites de nuit, c’est aussi une manière de fuir la monotonie du quotidien et se permettre, le temps d’un week-end, de lâcher prise en quelques sortes

Quel est votre avis sur le développement de la scène techno à Paris et en France en général, et plus particulièrement le retour des warehouses parties dont vous êtes les acteurs ?

Depuis 5 ans, on a pu observer un vrai boom de la musique électronique en France et particulièrement à Paris, avec la création de nombreux clubs, de nouveaux collectifs...
Bref on a pu constater un fort engouement autour de la techno avec bien évidemment l’apparition d’un réel effet de mode, qui permet toutefois à tout le monde de faire la fête aussi souvent que possible.

Après ça reste hyper intéressant de voir tout cela se démocratiser. Tous les collectifs ont des objectifs qui leurs sont propres et cela permet de proposer un plus large choix d’événements et d'élargir par la même occasion toute la culture techno en elle même.

Pendant longtemps on a essayé de se comparer à nos voisins européens mais depuis quelques temps on peut voir l’émergence d'une vraie culture à la française et c'est tant mieux.
Il faut arrêter de toujours vouloir ressembler à des villes comme Berlin, Londres ... Nous avons notre propre identité ! Nos propres soirées et il est grand temps que l'on soit fière de la nuit parisienne.
Après je pense qu’on peut expliquer ce « phénomène » de warehouses par le besoin de conquérir des espaces qui n’existaient plus à Paris.
Sortir des espaces confinés et surveillés que sont les boites de nuit, c’est aussi une manière de fuir la monotonie du quotidien et se permettre, le temps d’un week-end, de lâcher prise en quelques sortes.

A mon avis, on a aussi tous essayé de revivre les raves party des années 90, ou bien l’idée que l’on s’en fait. Le but c’est aussi de les réinventer tout en prenant en compte les contraintes liées à la société actuelle. On revient encore à ce besoin de liberté, et je pense qu’en investissant ce genre de lieux, c’est notre manière de dire merde à la société, de s’octroyer une veritable pause hors du temps.

Quels sont les autres collectifs que vous affectionnez particulièrement ?

Déjà il y a tout le crew de Berlinons Paris. C’est des gens en or qui nous ont toujours soutenus, même dans les moments plus difficiles. Trop de love quoi <3

Pour la petite anecdote, en février dernier, lorsqu’on a eu un arrêté préfectorale la veille de l’événement à Aubervilliers, il s’est trouvé qu’on a du rapatrier toute la soirée dans les Studios de Stains qui eux, avaient deux salles. On les appelé et deux minutes plus tard ils débarquaient avec tout le monde pour prendre les commandes de la 2e stage durant 18h. Ils sont plutôt déter.

Sinon il y aussi le crew lyonnais Particules avec qui on lance notre première événement à Lyon le dimanche 29 Mai, qui donnera suite à d’autres sur la saison prochaine.
C’est le projet PH4S : 3 scènes, des artistes internationaux et locaux, une captation vidéo de l’événement dans son ensemble, beaucoup d’animations avant-gardistes, tout ça sur une île flottante entièrement redécorée version « Do It Yourself ».
Bref, plus d’infos prochainement.

Vous pouvez balancer une petite playlist qui définit votre état d'esprit ?

C’est parti pour quelques douceurs :

Un mot pour la fin ?

Techno ? ;))


VARIOUS : "La diversité, c’est notre motto."

VARIOUS : "La diversité, c’est notre motto."

En écoute : RHEOSTAT b2b VIBRATII, duo fondateur du collectif Distrikt

En écoute : RHEOSTAT b2b VIBRATII, duo fondateur du collectif Distrikt