PLAISIR PARTAGÉ : "Je veux que le prix des disques soit accessible"

PLAISIR PARTAGÉ : "Je veux que le prix des disques soit accessible"

Cette semaine on part à la rencontre du duo balsamique et plein de bonnes intention qu'est plaisirs partagés.

"LBRG : Comment définissez vous Plaisir partagé ?

PP: J'ai créé Plaisir Partagé en même temps que la fin de mon premier collectif, Night & Day records, c'était vers le mois de septembre. L'idée de faire un label m’est venue à la rencontre de Alan Briand AKA Shelter, il avait des édits Afro vraiment superbes et il cherchait un label.

En plus d'être artiste chez Plaisir Partagé il est aussi graphiste! Nous sommes donc 2 à travailler sur ce projet. Chaque soirée on invite des djs qui se rapprochent des idées qu'on a (ex: Jeune et Jolie, Pépé Del Noche, Eduardo Del Sol) et pour chaque grosse soirée on invite une tête d'affiche (ex: Tiago, Vidal Benjamin).

Cela permet de partager plein de choses avec un public qui ne nous connaît pas forcément. Notre but c'est de faire de tout, on est sur une base de musique Balearique, qui touche autant la disco que la house ou que des choses plus étranges. En soirée on mix de tout car on veut montrer que la polyvalence et l'éclectisme sont de rigueur dans les nuits parisiennes.

Côté label, je veux sortir des disques uniquement en vinyle. C'est ce format qui m'a ouvert l'esprit sur pleins de choses (grâce à l'international records). Mieux encore, je veux que le prix des disques soit accessible, ce n'est pas du business mais une passion que j'ai envie de partager avec les gens. 

Le retour de la disco en France depuis quelques années est un premier pas

Pour vous c'est quoi la Bringue idéale ? 

PP: La bringue idéale, ce serait une soirée qui commence à 6h et qui finit à 6h le lendemain (voir plus). Chaque dj aurait 3h de set pour pouvoir s'exprimer et ne pas se sentir envahi par le temps.
Évidement comme Guest il y aurait Young Marco, Hunee, James Murphy, Vidal Benjamin (je ne me lasserai jamais de l'inviter), un live de Gigi Masin (important les lives aussi) et après ça les amis pour promouvoir la scène parisienne! Et tout ça dans un loft qui donnerait vu sur Paris pour voir le soleil se lever…

Quels sont vos projets à venir ? 

PP: Niveau label, on sort un Ep d'edit Afro mi avril sur le sous label (déjà un sous label oui..) Édits du Plaisir, produit par Shelter, qui sortira un autre maxi, de production cette fois, en juin.

On a d'autres projets, comme faire des compilations ou des rééditions et continuer de sortir des petits artistes (en maxi en Ep ou en album même) mais on va pas tout vous dire tout de suite...patience!!

Un petit avis sur développement de la scène techno house à Paris et en France en général? 

La scène parisienne (et française) s'est énormément développée dernièrement. On voit l'apparition de plus en plus de collectifs ou de labels, et de djs surtout.
Pour ma part, je suis très content de voir que la musique électronique plaise autant. Cependant, j'ai vraiment envie de faire quelques choses de différent, la techno c'est super mais si tout le monde en fait en même temps, il est possible que le phénomène s'estompe dans les années à venir.
Les soirées ouvertes sur plus de styles, sur plus de polyvalence serait parfait! C'est important de ne jamais trop faire la même chose, de varier et de s'ouvrir sur de nouvelles choses.
Le retour de la disco en France depuis quelques années est un premier pas! C'est agréable d'en entendre de plus en plus à la concrète par exemple. 


Quels sont les autres collectifs que vous affectionnez particulièrement?

PP : On est très attaché aux Yeux Orange qui cartonnent en ce moment, ce sont des mecs en ors en plus. On aime beaucoup aussi La Mamie’s, Pardonnez Nous. Côté label on est très content du succès de Antinote, encore des amis à nous, qui ne vont pas arrêter de monter.
 

Une playlist by Plaisir partagé ?


En écoute : MLSN, jeune producteur Lyonnais

En écoute : MLSN, jeune producteur Lyonnais

NASHTON RECORDS : "Lyon a vraiment explosé au niveau des programmations Techno ou House"

NASHTON RECORDS : "Lyon a vraiment explosé au niveau des programmations Techno ou House"