[REPORT] Retour sur notre ADEcadence 2018

[REPORT] Retour sur notre ADEcadence 2018

Comme chaque année se tenait il y a quelque semaines l’Amsterdam Dance Event qui a encore battu des records d’audience avec cette année + de 400 000 bringueurs venus de 100 pays différents.

Retour en mots et en images sur notre périple !

20181020_LiekevandenOord_ADE_Branding_Lowres_LVDO3671.jpg


Un commencement acidulé tout en douceur

Arrivés à Amsterdam Centraal à 21h30 le vendredi, nous nous sommes pressés pour récupérer nos pass in-extremis avant la fermeture de l’info center.

Après un détour par un supermarché afin de se ravitailler, nous nous sommes dirigés vers notre premier événement VBX x FRRC qui réunissait entre autres Sonja Moonear, Ricardo Villalobos et Seth Troxler.

On se souviendra notamment d’un Ricardo très en forme qui nous a fait vibrer tout au long de son set aux sonorités minimale techno très galopante agrémentée de ci de là de vocales afro.

Rejoint sur scène par Seth vers les coups de 6h du matin avec des sons plus acidulés, il nous a fait danser pour un closing de folie jusqu’à 8h du matin à coups de riffs de saxophones et de grosses basses.

Une suite pleine de surprise

Réveil difficile le samedi, en quête d’un brunch pour nous remettre sur pieds nous sommes tombés sur le Free Space Now, techno parade errant autour des quais sud de la ville. Des chars plus fous les uns que les autres suivis par des fêtards arborant des déguisement semblant sortir d’un autre monde déambulaient tant bien que mal sur les voies encombrées des bords de canaux. Un large service de sécurité bénévole entourait chacun des chars afin de s’assurer qu’aucun spectateur ne gêne le cortège, tandis que d’autres allaient aux devant de la parade histoire de dégager le passage au cas où il aurait fallu pousser des véhicules.

Gros dilemme la nuit tombée entre deux événements : Intercell x Stroboscopic Artefact et Circoloco x Loveland.

Le choix étant trop difficile, nous sommes allés au deux !

Arrivés au Mediahaven dans l’ambiance rouge habituelle du Circoloco nous nous sommes dirigé vers la salle principale noire de monde sous les beats des Martinez Brothers et de Seth Troxler beaucoup plus commercial que la veille.

 © Joris Raaijman

© Joris Raaijman

Vers les coups de 4h du matin nous nous sommes rendus dans la deuxième salle, plus petite comparée au hall de gare qu’était la principale, où Denis Sulta prenait les commandes du DJ Booth survolté comme à son habitude.

Les jambes un peu coupées par les rythmes UK de Denis aux alentours de 5h nous nous sommes dirigés vers le Basement, troisième et dernière scène où Gerd Janson avait commencé depuis une petite heure avec des sonorités plus douces et quelques classiques histoire de nous poser un peu avant la suite.

_

Uber commandé, entrée du H7 Warehouse passée, nous voilà plongés dans l’obscurité pour le closing de la seconde soirée d’Intercell orchestrée par Lucy.

La techno froide de l’allemand résonne dans toute la salle, derrière le DJ défile des images en bichromie tantôt très sombres, tantôt très colorés pour finir ce qui nous a semblé être la représentation d’une éclipse, le tout sur fond de flash blanc dans toute la salle ramenant ainsi le public momentanément à la réalité.

Sur les coups de 8h du matin vient le closing et l’éternel défilé de taxi. Nous arrivons à notre appartement vers 8h30 lessivés par cette soirée riche en émotions.

Le meilleur pour la fin

Levés en milieu d’après-midi, nous avons décidé de nous reposer jusqu’en fin d’après-midi et de garder nos dernières forces pour nous rendre au Closing de l’ADE by Elrow, fête emblématique à Ibiza, Amsterdam ou encore au Royaume-Uni.

Nous y sommes donc arrivés vers 19h bien décidés à fêter la fin du festival comme ils se devait, devant l’un des artistes les plus emblématique de la scène Tech-House hollandaise : Joris Voorn.

Dès l’entrée nous avons été bluffé par la hauteur sous plafond qu’offrait ce lieu qu’on ne connaissait pas : De Kromhoutal.

Ancienne usine maritime réhabilitée il y a 6 ans en espace événementiel, cette immense halle avait été complètement décorée au couleur de la chine (pays à l’honneur depuis deux ans) par les équipes d’Elrow qui sont, depuis des années, passés maîtres dans les scénographies les plus folles.

Entourés de canons à confettis et d’échassiers en habits traditionnels chinois nous étions clairement au milieu d’une soirée les plus folles possibles.

Du plafond tombaient des serpentins rouges et blancs et sur tous les piliers défilaient sans arrêt des sigles chinois.

A 21h commençait Joris pour le set de closing nous nous sommes donc rapprochés tant bien que mal du booth histoire de l’apercevoir. A noter que le système son était réglé à la perfection, nous pouvions profiter de la musique où qu’on aille.

Fatigués mais pas encore assez on a décidé d’aller faire un tour à l’after de l’ADE Hangover qui se trouvait au Noordelicht Café, à deux pas d’Elrow sur la côte nord de la ville.

 © Bastien Litzler

© Bastien Litzler

Ce café aux allures de serre géante et au bord des docks nous a fait dansé sur de la techno et de la house distillée par de jeunes DJ locaux en intérieur. A l’extérieur plusieurs feux de camps avaient pris place histoire de réchauffer les danseurs sortis prendre l’air.

Toute cette ambiance, les cargos aux loin, les flammes se reflétant sur les vitres et l’eau nous a laissé une image d’harmonie et de féérie.

 © Bastien Litzler

© Bastien Litzler

Nous sommes déjà nostalgiques de ces quelques jours passés dans cette belle communauté de l’ADE et on est bien entendu impatients de remettre ça l’année prochaine ❤

 

À l'année prochaine !

 

[REPORT/PHOTOS] Rémy réchauffe Villeurbanne à la FULL HIP-HOP #1

[REPORT/PHOTOS] Rémy réchauffe Villeurbanne à la FULL HIP-HOP #1

[REPORT] L'Entente Nocturne, un état de fête flamboyant.

[REPORT] L'Entente Nocturne, un état de fête flamboyant.