[REPORT] Damso et Kalash au Théâtre Antique de Vienne

[REPORT] Damso et Kalash au Théâtre Antique de Vienne

Le 17 juillet dernier, Yuma production organisait un concert à deux têtes d'affiche dans le magnifique théâtre antique de Vienne. Au programme de la soirée, des grands noms de la scène hip-hop francophone : Damso et Kalash. Malgré le temps estival et propice à cet évènement, l'annonce du concert de Damso à la Halle Tony Garnier en novembre prochain et la programmation en semaine a probablement freiné les plus indécis... Mais Goosebump était bien au rendez-vous ! Retour sur trois heures de show, entre découverte, dancehall, et saal. 

 

Kikesa, un nom à retenir

 

Dès le début des hostilités, le public a pu découvrir un jeune artiste rempli de talent qui a fait bien plus que de chauffer la foule. Rempli d’une énergie débordante, le rappeur venu avec ses acolytes a réussi à faire jumper la foule pendant une petite heure de concert. Un vent de fraicheur venu de Nancy, aussi bien capable de poser sur un piano voix que sur des prods qui oscillent entre trap et électronique. Une vrai pépite qui va faire du bruit dans les mois qui arrivent, avec un premier projet en préparation. Il sort actuellement un son clipé chaque semaine, foncez checker ça !

 

Kalash et dancehall 

 
 

Le martiniquais hérite donc d’un public chauffé à blanc pour son entrée sur scène. Même si la présentation scénique reste plus que simple, Kalash va droit au but et ça marche. Sur de lui et à l’aise sur scène, il a cherché à combler le vide scénique en restant très mobile, ce qu’il a partiellement réussi. En ce qui concerne le concert en lui-même, Kalash n’est pas venu conquérir la foule, mais faire plaisir au public déjà rallié à son univers. Il a enchainé ses gros titres sans le supplément d’âme qui rend un concert mémorable. Il a fait le job, sans forcer. Il s’est même permis de feinter tout le monde en stoppant mwaka moon juste avant le début du couplet, en donnant rendez-vous à la fin du concert. Un bon moment, sans être transcendant. 

 

Damso en maître 

 

Après s’être fait réclamer par son public, Damso vient clôturer la soirée comme un orage estival : il vous laisse humide mais on en veut encore. Il a réussi à galvaniser la foule en alternant les tubes de ses trois projets, Batterie faible, Ipséité et Lithopédion. Grosse grosse mention spéciale pour feu de bois, qu’il a débuté a capella sans accroc, avant de la reprendre en musique et de choquer le public avec trois minutes d’une impressionnante maîtrise. Moins mobile sur scène que Kalash, il n’en reste pas moins énergique, ni moins charismatique. Même si on aurait aimé que Mwaka moon en duo avec Kalash revenu pour l’occasion dure encore, le spectacle était plus qu'au rendez-vous. 

 

Trois grosses heures de concerts, trois artistes aux horizons différents, et un théâtre antique ensoleillé et toujours aussi majestueux : la vrai recette pour une soirée réussie. Yuma Productions a gagné son pari, ramener sur le même plateau deux artistes aussi imposant l'un que l'autre pour partager la tête d'affiche. Rendez-vous le 26 novembre à Lyon pour la partie 2 avec Damso en solo, et encore Yuma Productions aux commandes. 

 

 

Remerciements à Yuma Productions et Yannick Norhadian pour les visuels.


Le Foreztival ré-ouvre ses portes

Le Foreztival ré-ouvre ses portes

[Report photo] Doureuuuh

[Report photo] Doureuuuh