STRUCTURE : "On marche beaucoup au feeling"

STRUCTURE : "On marche beaucoup au feeling"

LBRG : Hello, pourriez vous définir aux bringueurs ce qu'est STRUCTURE ?

Hello, nous sommes Arthur et Maxime, respectivement Eize Baer, le nordiste et Nonaparte, le bourguignon.
Nous nous sommes rencontrés en 2013, lorsque le second proposa au premier de se joindre à la compilation Beats From Pyjama de l’association Da Pyjama Club qui rencontra un petit succès à l’époque (articles dans divers webzine dont les Inrocks). Depuis on se quitte plus et on a décidé de créer, d’un accord commun, une nouvelle entité sous structure associative.

C’est une idée qui nous trottait dans la tête depuis début 2014 et qui a pris forme à la fin de la même année. Notre but fixé, est de promouvoir les pratiques culturelles émergentes et plus précisément la musique électronique, en mettant en avant des artistes n’ayant pas toujours la visibilité escomptée via les réseaux sociaux.
Pour ce faire, nous avons deux chaines de podcasts : L’une 100% frenchies que nous avons nommé Abstract Structure. et l’autre Structure. Shapes qui elle est tournée vers les artistes étrangers.

Dans le groupe, on a Vince, le graphiste qui nous suit depuis toujours (dixit l’association DPC cité plus haut entre autre), en qui on fait totalement confiance, on se comprend rapidement, pas besoin de beaucoup de mots pour cela. On a ensuite Cyril et Julie, qui sont là depuis pratiquement le début de l’aventure, qui sont surtout dans l’organisation et nous aide sur l’administration au sens large de l’association.
De façon toujours spontanée, on marche plus au feeling qu’autre chose, on a agrandit le groupe, en y intégrant Robin Dupont qui est aussi fondateur de l’association Mercure (Strasbourg) et qui fait du très bon boulot là-haut.
Puis Dykore, que les lyonnais connaissent déjà, sous entre autre, le label Nashton Records, qui sont d’ailleurs les premiers avec qui on a eu des affinités sur Lyon.
S’est joint au groupe, dernièrement, la lyonnaise Diane, qu’on ne présente plus ici, et la parisienne Eastel, que les parisiens commencent à voir et revoir un peu partout dans la capitale.

Comme dit plus haut, on marche beaucoup au feeling, au naturel, la simplicité, l’authenticité, c’est probablement ce qui fait aujourd’hui notre force, et on en est assez fier.

D’un point de vue global, on pense que le milieu se développe clairement sous toutes ses formes

D'après vous c'est quoi la Bringue idéale ?

STRCTR : La bringue idéale…. Un entrepôt désaffecté avec, entre autres, des artistes inconnu au bataillon ou alors très peu, un jeu de light travaillé sans passer pour le carnaval de Rio, type Berlin Atonal et de la bonne bière, ce serait déjà un bon début !
Et des gens bien élevés, qui s’excusent quand ils te bousculent ou te marchent 17 fois dessus, aussi.

Quels sont vos projets sur le long terme ?

STRCTR : Continuer notre résidence qui devient mensuelle à compter du mois d’Avril au Terminal. Un lieu qui nous permet de faire des artistes assez pointus et avec qui nous aimons travailler. Le 8 Avril, on reçoit le boss du label ODD / EVEN : Andre Kronert, pour sa première à Lyon. Le 19 Mai, 14anger, pour sa première à Lyon, lui aussi.

Sinon, pour notre première en dehors des terres lyonnaises, on invite Initial Berlin, le label du pote Julian Muller, qui sera de la partie avec UVB, le 28 Mai prochain, à l’Ostra Club (Nancy). On se penche aussi actuellement pour faire nos deux ans en fin d’année….

Un petit avis sur développement de la scène techno house à Lyon et en France en général?

STRCTR : D’un point de vue global, on pense que le milieu se développe clairement sous toutes ses formes avec la variété des lieux proposés pour les fêtes organisées, des concepts, l’accessibilité de cette musique sous toutes ses coutures et les différents artistes qui sont proposés. On reste une communauté qui détient de belles valeurs, ce qui fait sa force.

Après on ne sait pas si on est les mieux placés pour donner quelconques avis, ni d’ailleurs quelle crédibilité on pourrait y apporter, au final, on n’est pas si vieux que ça, même si ça fait déjà quelques années qu’on traine dans le milieu, on a encore beaucoup à apprendre…. Cependant, il y a un engouement certains autour des musiques électroniques et plus précisément la Techno, c’est indéniable.

Quels sont les autres collectifs que vous affectionnez particulièrement?

STRCTR : Nous affectionnons le collectif de notre camarade Robin Dupont, qui fait vraiment du chouette boulot à Strasbourg et qu’on supporte à fond. Sinon à Lyon, il y a les potes de chez Nashton Records, qui sont partis monter une antenne à Cracovie, chapeau à eux, affaire à suivre mais ils préparent des choses très cool là-bas. Y’a aussi les parisiens de Undercontrol, qui font à peu près la même chose que nous non sans talent, ou Classic As Fuck.

Si on traverse la France, on peut aussi citer les gars de chez Texture, qu’on suit de près, bien qu’un peu (trop, malheureusement) loin…

Un petite playlist pour la fin ?


La Brique : "Nous voulons continuer à apporter une touche fantaisiste aux soirées Parisiennes."

La Brique : "Nous voulons continuer à apporter une touche fantaisiste aux soirées Parisiennes."

RUNTOMORROW : "Nous combinons découvertes sonores et visuelles"

RUNTOMORROW : "Nous combinons découvertes sonores et visuelles"