Vague de folie dans le rap US

Vague de folie dans le rap US

« On ne trouve guère un grand esprit qui n'ait un grain de folie » disait déjà Sénèque il y a presque deux millénaires. Et c’est particulièrement vrai pour le monde artistique. De façon générale, la limite entre l’artistique et la folie a souvent été mince. Nombreux sont les artistes ayant vécu des accès de folie, de Van Gogh à Kanye West. Pourtant, il semblerait que la tolérance soit variable en fonction des domaines artistiques. La folie dans le hip-hop est souvent réduite à une consommation de drogue, des mauvaises fréquentations et la criminalité dans sa globalité. Qu’en est-il dans les faits ? 

La folie des artistes est représentée dans leurs œuvres, mais également dans leur vie. Malheureusement, il est souvent question de sujets sensibles : l’usage de drogues, les crimes, la pédophilie, le viol… La folie ne se manifeste pas seulement dans le génie des artistes, mais aussi dans la société, avec des répercussions bien plus importantes. 

Les dernières polémiques concernaient l’exposition, voir l’éloge des drogues dans le rap américain. Des rappeurs des années 90 comme Skillz reprochait aux jeunes de faire de la musique de drogués. La mort de Lil Peep fin 2017, suivie par celle de Fredo Santana cette année montre les dangers de l’utilisation de drogues, notamment des médicaments. Le premier est décédé après avoir pris une grande quantité de Xanax, un anti-dépresseur. Le second est mort à la suite de complication après de sérieux problèmes de foie et de reins, liés à sa consommation d’un sirop pour la toux mélangeant codéine et prométhazine.

Récemment, un mouvement de rappeur s’engageant contre les drogues et leur utilisation s’est peu à peu agrandi. Un des précurseurs est Gucci Mane. Après s’être fait condamner à trois ans de prison pour possession d’armes à feu en 2013, il a choisi de se reprendre en main et d’utiliser ces années à l’ombre pour revoir la lumière. Après avoir consommé toutes sortes de drogues pendant dix ans, il fait une cure de désintoxication forcée derrière les barreaux. Un événement difficile, avec des douleurs liées au sevrage, physiques mais aussi psychologiques. Un passage obligé après dix ans de paranoïa. 

 La consommation excessive de  lean  avait conduit Gucci à plus de 130 kilos. 

La consommation excessive de lean avait conduit Gucci à plus de 130 kilos. 

Dans une interview pour ESPN, Gucci Mane revient sur son incarcération, mais également sur les problèmes de santé mentale qu'il a du combattre : 

I hurt so many people, so many people have hurt me, I never knew when it was gonna come. It’s like I was always prepared for the day that bullets start ringing up. Paranoia is just like, i guess, a war veteran.
— J’ai fait du mal à beaucoup de gens, beaucoup de gens m’ont fait du mal, je ne savais pas quand ça allait me revenir. C’est comme si j’étais toujours préparé pour le jour où les balles fuseront. La paranoïa, je pense, c’est comme être vétéran d’une guerre.

Après avoir atteint plus de 130 kilos à la balance, son expérience en prison lui permet de prendre du recul sur sa vie et sur son addiction. Il a fallu qu’il soit condamné plusieurs années pour qu’il se rende compte de sa propre situation. Il s’étonne même d’être toujours vivant aujourd’hui, et souhaite voir plus de prévention concernant les risques d’instabilités mentales, provoquées ou déclenchées par l’usage des drogues. Derrière lui, des rappeurs comme Schoolboy Q, Lil Xan, ou même DJ Mustard ont suivit le chemin de Gucci. 

Le rapport aux drogues sur prescription (prescriptions drugs en VO) n’est d’ailleurs pas une spécialité de la musique urbaine américaine. Le pays tout entier souffre d’une sévère crise des opioïdes, ainsi qu’une partie du Canada. Lil Xan parle de son addiction dans Betrayed, qui se rapproche des 100 millions de vues. 

Xans don’t make you
Xans gon’ take you
Xans gon’ fake you
And Xans gon’ betray you
—  le Xanax ne te fait pas, le Xanax te prendra, le Xanax va te feinter et le Xanax va te trahir

Sur un air de comptine pour enfant, il résume le rapport qu’il a entretenu avec la drogue pendant plus de deux ans. Seulement, les maux des artistes ne s’arrêtent pas qu’aux drogues. Les violences font parfois parties des actualités, et même parfois pire. Tekashi 69 (ou 6ix9ine) est un rappeur originaire de Brooklyn qui a littéralement explosé en quelques semaines en 2017. Son titre Gummo était un véritable banger, sur lequel on ressent bien les influences heavy metal qu’écoutait alors le jeune adolescent. 

En l’espace de quelques mois, il est aussi passé du petit latino soin au membre de gang ultra tatoué. Des 69 et des Scumgang du front jusqu’aux jambes, qui représentent selon lui un mode de vie. Scum est également l’acronyme de society can't understand me , et il a même un tatouage HIV dans son dos, marqué par le combat de ses amis malades. Un rappeur qui se démarque, avec cette idée punk du fuck society.

6ix9ine
6ix9ine.jpg

Seulement début août 2017, le casier judiciaire d’un certain Daniel Hernandez apparaît sur internet. En plus d’apprendre le nom du rappeur arc-en-ciel, on peut lire que ce dernier a plaidé coupable en mars 2015 à l’inculpation suivante : utilisation d’un enfant dans un acte sexuel. En novembre, lors d’une interview, 6ix9ine revient sur ces accusations et reconnaît les allégations, mais nie son implication. Il explique qu’il était juste présent et qu’il n’a pas participé à la relation, qu’il a seulement mis une vidéo sur son compte Instagram qui sera par la suite banni. Selon lui, toute cette histoire se serait déroulée lorsqu’il avait 17 ans.

Mais le site Jezebel sort un article qui contredit 6ix9ine et qui affirme que la scène ne s’est pas déroulé en 2014, mais bien le 21 février 2015, lorsqu’il était alors agé de 18 ans. Et dans les vidéos qui ont été publié sur internet, retrouvé par la mère de la victime, il n’est pas seulement spectateur…

Dans la même lignée d’acte sordide, XXXTentacion a fait la une des journaux américains après son inculpation pour violence contre sa petite amie… Alors enceinte. Le procès est actuellement encore en cours, et le rappeur est en résidence surveillé. Il a vu son cas s’alourdir après un vrai-faux retrait de la plainte de sa petite amie, certainement provoqué par des pressions subies. 

Même si ça n’excuse en aucun cas ses actes, le jeune rappeur est connu pour son instabilité mentale, provoquée par sa bipolarité et ses dépressions. Rien qu’en observant les réseaux sociaux de ce dernier, on constate des incohérences et des mouvements d’humeur. Il peut promouvoir la paix aujourd’hui, l’anarchie et le suicide le lendemain. Il avait d’ailleurs créé la polémique en publiant une story instagram plutôt sordide, dans laquelle on le voit se balancer d’une chaise avec une corde au cou. 

Le monde artistique a toujours été frappé par des polémiques en tout genre. L’affaire Weinstein récemment, mais on peut également parler de Woody Allen et de sa relation plutôt malsaine avec sa fille adoptive, ou encore de Roman Polanski, toujours sous le coup d’un mandat d’arrêt de la justice américaine et accusé de viol et de relations sexuelles avec des mineurs. Mais aussi Robert Downey Jr. et son goût un peu trop prononcé pour les produits farineux, Daniel Radcliffe et sa période sombre avec l’alcool, et bien d’autres. 

Pourtant, la différence de représentations dans la couverture médiatique de ces personnages publiques est frappante. Le degré de tolérance est souvent à différents niveaux. Avant de condamner ou de pardonner, il est peut-être temps de prévenir et d’informer. Au travers de ces quelques cas, le plus frappant est la solitude et l’enfermement. Malheureusement, la solution ne peut se trouver qu’en s’ouvrant et en affrontant ses problèmes, en demandant de l’aide. On finira sur les mots d’Isaiah Rashad

  N’affrontez pas les problèmes dans votre tête tout seul. Ce n’est pas mal de demander de l’aide. La pire chose à faire est de penser que vous êtes seul. 

N’affrontez pas les problèmes dans votre tête tout seul. Ce n’est pas mal de demander de l’aide. La pire chose à faire est de penser que vous êtes seul. 


TOP : 5 B2B à ne pas louper pour la der' du Batofar

TOP : 5 B2B à ne pas louper pour la der' du Batofar

[Detroit Love] 3 tracks pour (re)découvrir Carl Craig

[Detroit Love] 3 tracks pour (re)découvrir Carl Craig